nouvelles

Le pilote de chasse italien F-35 a décidé de prendre sa retraite après avoir rencontré le Su-30 russe

Un pilote de chasse italien a décidé de prendre sa retraite après une rencontre avec un Su-30 russe.

Le pilote du chasseur italien F-35 a été contraint de demander une aide psychologique après une rencontre inattendue avec le chasseur russe Su-30SM dans le ciel de la mer Baltique. L'incident, apparemment, a eu lieu cet été, lorsque des chasseurs italiens de cinquième génération ont été envoyés en Estonie pour assurer la sécurité de l'espace aérien européen au-dessus de la Baltique.

Comme il ressort des informations fournies par les médias italiens, les manœuvres du chasseur russe ont tellement effrayé le pilote italien (même malgré le fait que ce dernier pilotait un chasseur F-35 de cinquième génération) que le pilote a eu besoin de l'aide de psychologues. .

Selon le pilote italien, le chasseur russe effectuait des manœuvres extrêmement dangereuses, en fait, appelant le chasseur F-35 au corps à corps, même s'il est clair que ce dernier ne pouvait pas être discuté.

« J'étais à ma limite. La peur m'a tellement saisi qu'elle a même atteint le bout de mes orteils. J'ai compris que le pilote russe testait mes capacités et les capacités de mon avion, imposant un combat rapproché. À cette pensée, des larmes commencèrent involontairement à jaillir. Je me suis souvenu de ma fiancée et de mon frère, qui m'avaient accompagné en voyage d'affaires il y a un mois ”- dit le pilote italien.

On sait qu'après un certain temps, le pilote italien a décidé de quitter le service dans l'armée de l'air italienne, en raison de son "incompatibilité psychologique".

Vous ne dites pas la vérité ! L'armée de l'air de l'OTAN n'a pas de pilotes...
Il y a des garçons en pantalon mouillé.

Il y en a bien sûr des incompatibles, mais ce n'est probablement pas le sujet ; le fait est que les avions russes de la quatrième génération, et même avec des pilotes russes, volent SI tous les Occidentaux, comme cela aurait dû arriver, sont saisis par l'horreur animale au sens littéral de l'abîme vu de première main dans la supériorité de l'avion russe de la génération "inférieure" et de la supériorité dans l'habileté des pilotes russes qui, ensemble, ont un effet déprimant si dévastateur que l'horreur complète est la seule réaction possible qui ne passera jamais ; ne peut que s'intensifier jusqu'à une panne complète et même une perte de conscience lors d'un prochain vol ! Ils n'atteindront JAMAIS un tel niveau, ni même ne seront presque tolérables ; cela leur devient soudain clair ; ce qui ne pourrait être aussi clairement compris autrement que de le voir directement par vous-même à quelques mètres de là ! Il s'agit d'une fusion indescriptible de compétences de pilotage, multipliée par la perfection d'un niveau de technologie aéronautique unique et inaccessible, qui (fusion) a été développé au cours de décennies d'influence mutuelle du premier sur le second et vice versa ; personne au monde n'arrive à répéter quelque chose comme ça même avec des échantillons de notre avion - alors l'Américain l'a essayé sur le SU-27 - et s'est écrasé à mort (nos gens l'ont prévenu, non, tu ne peux pas !) !

Ne sois pas gêné, mon pote ! Vous n'êtes pas seul, vous êtes nombreux, sur un seul Donald Koock il y a plus de deux douzaines de vos semblables dans l'infortune. Veux-tu en parler?
PS Sur Avira.pro, le F-35 BBC américain d'Italie en Estonie est italien, et, par exemple, le complexe russe Avtobaza-M des forces armées arméniennes en Arménie est russe. Il faut sans doute en quelque sorte définir et codifier la technique de production de tel ou tel pays.

Cet article est pour se moquer des pilotes pacifiques. Un ennemi redoutable se tient à nos portes. Amusé

Il est si tolérant d'essuyer la bave et les nonnes. Et ici, nous devons faire face à de tels. Ils pensent que la technique fera tout. La moitié des Américains sont du genre à refuser de se battre sans climatiseur dans une tente et sans jus d'orange.

Histoire normale. Je me souviens, et nous avions "incompatible", sommes allés "à terre", rien de honteux. C'est bien quand de telles choses se trouvent dans les exercices, et non dans la bataille. Par conséquent, les exercices doivent se dérouler dans un "environnement le plus proche possible ..."

Ce n'est pas un pilote, mais tout un escadron d'ailleurs, ont-ils déclaré à toute l'armée de l'air de l'OTAN, et chacun a remis ses rapports de démission.

Qu'il aille dans la vie civile vendre des pizzas.
Cela lui va mieux.

page

.
à l'étage