Bomber B-52

nouvelles

Un bombardier stratégique américain simule une frappe de missile au Kamchatka


Le bombardier stratégique américain B-52 Stratofortress a simulé une frappe dans l'Extrême-Orient russe.

Comme il ressort des informations fournies par les médias, il y a quelques heures, le bombardier américain B-52 Stratofortress, un bombardier stratégique américain, simulait une frappe de missile sur l'Extrême-Orient russe. Un aéronef capable de transporter des armes nucléaires à bord aurait pu s'approcher des frontières russes de moins de 100, après quoi il a effectué une frappe de missile et est revenu sur sa trajectoire.

Le commandement des forces aérospatiales russes et les représentants du ministère de la Défense de la Fédération de Russie n'ont pas encore commenté l'imitation de l'attaque, mais ce fait a suscité de nombreuses interrogations parmi les experts.

«Si le bombardier stratégique américain a été repéré par les systèmes de défense antiaériens russes, pourquoi n’a-t-il pas au moins été accompagné de combattants. Si un avion capable de transporter des armes nucléaires à bord n'a pas été remarqué, les systèmes de défense aérienne russes se poseront encore plus de questions », - les notes d'analystes.

Il convient de préciser qu'avant, les bombardiers stratégiques américains B-52 Stratofortress avaient déjà tenté de s'approcher des frontières occidentales de la Russie, mais avaient été interceptés à plusieurs reprises par des combattants russes en approche.

L'auteur n'a pas abordé le sujet de la possession des États-Unis comme principal moyen de détruire la Russie. J'admire les talents et les talents des armuriers russes. Mais il ne faut pas oublier que ce ne sont pas seulement leurs produits qui déterminent la victoire dans la confrontation politique et économique sur la scène mondiale! La question principale reste la question de la disponibilité (et de la capacité!) Des dirigeants russes à ordonner l'utilisation de toute la puissance des armes russes dans une situation critique pour le pays. Sinon, c’est un autre bluff que de donner la "note" au président. Il n'est plus possible de cacher le fait regrettable que l '"élite" russe de 30 transfère tous ses actifs matériels aux banques et ses investissements à des "partenaires" étrangers (bénéficiaires). Et leurs familles là-bas, dans la grâce de "l'Ouest civilisé", se livrent aux joies de la vie, apprennent et s'amusent, se multiplient et se lancent dans des activités lucratives. (Un exemple est la famille Abramovich, vivant sur les ressources russes en Israël). Seulement à Londres, il y a plusieurs milliers de palais d'oligarques russes. Et combien y en a-t-il dans tout "l'Ouest civilisé"? Le dicton préféré du grand démocrate B. Eltsine était: "Ici, panmash, quel gribouillis en sort!" Alors, est-il possible qu’une main dure de Poutine ne recule pas pour détruire d’un seul coup les innombrables richesses de son domaine? Sans aucun doute "gagné par le travail dur et honnête." Et surtout, quelle est la relation entre "l'élite" russe, étroitement liée à "l'Occident civilisé", et une telle aspiration?

page

à l'étage