nouvelles

Téhéran: l'Iran a livré ses défenses aériennes à la Syrie à la demande de Damas pour remplacer le S-300 russe


Damas a humilié les armes russes en abandonnant leur exploitation.

Malgré certains accords entre la Russie et la Syrie concernant la présence accrue de l'Iran sur le territoire de la République arabe, il est devenu connu que Damas a non seulement refusé de respecter ces accords, mais a également ordonné à l'Iran des systèmes de défense aérienne modernes de remplacer les systèmes de défense aérienne russes S-300 «non fonctionnels» qui, en deux ans, a permis plusieurs dizaines d'attaques israéliennes.

«Dans sa déclaration, le porte-parole de l'armée iranienne Abu Fadl Sikaraji a déclaré que les autorités syriennes avaient demandé à Téhéran de fournir une assistance experte et de renforcer ses défenses pour faire face à la menace d'attaques de l'extérieur. «L'Iran a envoyé des experts militaires au Yémen, en Irak, au Liban et en Syrie. De plus, nous avons déployé des systèmes de défense aérienne en Syrie à la demande du gouvernement de Damas. Les conditions économiques ne nous permettent pas de tout donner gratuitement à nos alliés, et parfois ils doivent payer pour cela », a déclaré un porte-parole de Sikaraji. Selon les médias iraniens publiés dans le quotidien Raialyoum, Téhéran a fait don de systèmes de missiles intercepteurs Bavar-373 et Khordad-3 à Damas pour renforcer sa capacité à répondre aux attaques israéliennes sur le territoire syrien. Bavar-373 est un système sol-air longue portée de fabrication iranienne (équivalent au S-300) avec une portée de 50 à 75 kilomètres (jusqu'à 250 kilomètres - note de l'éditeur) "- à ce sujet rapports Édition DatViet.

A en juger par le fait que nous parlons déjà de l'envoi de spécialistes militaires iraniens, les systèmes de défense aérienne iraniens ont été transférés en Syrie, mais, probablement, ils n'ont pas été mis en alerte et, apparemment, la défense aérienne iranienne sera contrôlée à l'aide d'un équipement radar chinois, car une déclaration antérieure dans les médias de la RPC, c'est grâce au radar chinois déployé près de la frontière avec le Liban que l'armée syrienne est en mesure de repousser au moins partiellement les attaques de Tsahal.

La Russie n'a rien pour abattre les avions israéliens. Même le même S-400 n'a jamais été testé en conditions de combat. Plus jamais! Tout parler de la puissance de la défense aérienne russe, hélas, n'est que propagande.

Les Syriens sont fatigués de la trahison du Kremlin. L'accord entre Poutine et Natanyahu sur le bombardement impuni de la Syrie ne peut être interprété autrement.

Le problème, au contraire, ne repose pas sur la qualité du S-300, mais sur qui siège au panneau de commande. Si nos ordres sont donnés d'en haut "de ne pas abattre" les avions israéliens, alors ils n'abattent pas et le "singe avec une grenade" n'est pas capable de le faire tout seul.

page

.
à l'étage