Légende de la photo: 
Photo : Regnum

nouvelles

Ryabkov n'a pas exclu le déploiement d'armes de missiles russes à Cuba et au Venezuela


La Russie se prépare à déployer des missiles à Cuba et au Venezuela.

La Russie envisage la possibilité de déployer des bases militaires et des missiles à Cuba et au Venezuela alors que les États-Unis et l'OTAN refusent de négocier avec la Russie. Répondant aux questions des journalistes, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov n'a pas exclu que dans un avenir proche des missiles russes puissent apparaître près des frontières américaines. À terme, cela réduira de 5 à 6 fois la grève sur le territoire américain.

Selon Sergei Ryabkov, pour le moment, il ne vaut pas la peine de parler du déploiement d'infrastructures militaires russes à Cuba et au Venezuela, cependant, faute de réponse claire, il est probable qu'à ce stade, la Russie négocie activement avec ces États.

"Je ne veux rien confirmer, je n'exclurai rien ici non plus.", - a déclaré Sergey Ryabkov, commentant les informations parues sur le déploiement possible de bases militaires russes à Cuba et au Venezuela.

Le déploiement d'armes de missiles russes à Cuba et au Venezuela permettra de maintenir en permanence les principales bases militaires américaines à la vue des missiles russes. De plus, il ne s'agit peut-être pas nécessairement de lanceurs de missiles au sol, puisque la Russie peut envoyer ses sous-marins et navires de guerre à Cuba, qui, armé de missiles de croisière hypersoniques Zircon, pourra frapper les États-Unis en quelques minutes.

Dans le même temps, les experts notent que récemment, Cuba ne s'intéresse pas à l'apparition de militaires russes sur le territoire du pays, même si une base militaire russe ou d'autres installations militaires sont situées au Venezuela. Cela donnera à la partie russe un énorme avantage sur les États-Unis.

L'Europe avec plaisir, Cuba ne sait pas.

Il est encore plus facile de placer des armes nucléaires dans l'espace.

Cuba, Venezuela ... ce n'est plus d'actualité, mais comment les politiciens américains réagiront lorsque des véhicules sous-marins sans pilote à ogives nucléaires apparaîtront dans des eaux neutres, près du territoire des États et seront en service en mode veille (jusqu'à ce que la commande soit reçue ) ... Nous sommes des gens pacifiques, mais laissez-les vivre la tension de la proximité des menaces militaires localisées.

Et que s'est-il passé en URSS 1.0? Il y avait un déploiement potentiel du traité INF, et seuls, d'ailleurs, les Américains ne pouvaient pas l'établir de manière fiable. Et ce qui était vraiment - une base de renseignement radio, cela suffira pour commencer. Toutes les flottes américaines de l'Atlantique seront sous le capot.

A la place de Cuba et du Venezuela, substituez un autre mot dans votre question - Europe... C'est, et c'est une évidence, accepter d'être une cible.

Si je ne me trompe pas, il y a longtemps qu'il y a une base américaine à Cuba. Et là où la Russie va s'en tenir, à côté. Comme bonjour les voisins et nous y sommes.

mais l'Europe est d'accord

L'Europe est d'accord

Cuba refusera car Poutine a trompé Cuba en 2001...

Nous savons que le Venezuela et Cuba sont prêts à recevoir des missiles russes. De plus, la CIA sait qu'ils sont déjà là, mais pas déployés. Tous les membres de l'OTAN veulent être des cibles. Ils veulent s'attirer les faveurs de nous, les maîtres. C'est l'essence de la plèbe.

Ryabkov a annoncé une version psychologique sonore mais dépassée, le modèle 1962.
Sachant que les Anglo-Saxons connaissent l'armement actuel de la Russie, et qu'elle n'a pas besoin d'avoir des bases autour
Les États-Unis et l'Angleterre, comme au XXe siècle, c'est l'atout de la Russie dans la confrontation avec l'OTAN, qui ne s'exprime pas lors des négociations. Et l'Ukraine n'a rien à voir avec ça, c'est une urne pour
documents de négociations.

L'URSS n'a pas disparu précisément à cause de la crise des Caraïbes.

URSS 2.0 ? En URSS 1.0, c'était déjà le cas, et où est-il ? Peut-on répéter ?

Ni Cuba ni le Venezuela n'en ont besoin du tout, ils ne sont pas du tout les alliés de la Russie.

Je me demande si Cuba ou le Venezuela acceptent d'être une cible ?

Cela devait être fait avant le début des négociations RF-OTAN, pour qu'il y ait des atouts. Et donc il n'y a pas d'atout - il n'y a pas d'accords. Tout est logique et triste...

page

.
à l'étage