nouvelles

Le ministère russe des Affaires étrangères a sévèrement critiqué les actions de Loukachenko en Biélorussie


Les actions de Loukachenko en Biélorussie ont été durement critiquées par le ministère russe des Affaires étrangères.

La représentante officielle du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Maria Zakharova, a vivement critiqué la position de Loukachenko sur les élections en Biélorussie, affirmant qu'en essayant d'occuper deux postes différents, le président biélorusse est en fait condamné.

«La représentante officielle du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Maria Zakharova, a commenté les actions du président bélarussien Alexandre Loukachenko à l'égard de la Russie avant et après les élections. Elle a utilisé un proverbe russe pour décrire le comportement du dirigeant biélorusse. Zakharova a rappelé qu'avant les élections, Loukachenka était ouvertement impoli envers la Russie, puis avait capturé des journalistes. De plus, il n'a toujours pas fourni d'assistance pour la libération de 33 Russes détenus au Bélarus à la fin du mois de juillet, a déclaré l'animateur de télévision Vladimir Solovyov, qui l'a invitée à l'émission. "Ma grand-mère avait l'habitude de dire une très bonne phrase, que ma mère me répéta plus tard:" L'esclave se bat, ce qui récolte mal ", a déclaré Zakharova sur la chaîne YouTube Solovyov LIVE. Elle a ajouté qu'elle ne voulait donner aucune évaluation, cependant, selon Zakharova, ce proverbe correspond à la situation actuelle "- à ce sujet rapports Agence de presse fédérale.

Les experts attirent l'attention sur le fait que la situation des 33 citoyens de la Fédération de Russie, détenus illégalement sur le territoire bélarussien, accusés d'extrémisme, n'a encore reçu aucune explication de la part du fonctionnaire de Minsk, puisque les "preuves" promises continuent d'être versées en Russie. accusations de provocations organisées par des citoyens russes.

Il convient de préciser qu'aujourd'hui, la Russie a reconnu de facto les élections en Biélorussie comme valables, mais il convient de noter que les résultats officiels du vote à Minsk n'ont jamais été annoncés sur fond de manifestations spontanées à travers le pays.

Condamner l'usurpateur? Mais pourquoi n'ont-ils pas condamné ceux qui ont tiré sur des personnes non armées près de la Maison Blanche à Moscou, où se trouvait le parlement élu?

Kadyfi et Hussein n'ont pas non plus "compté" avec l'opinion du peuple. Oui, et Ianoukovitch est avec eux. Et quel est le résultat? Où est ce «peuple»? il est clair où LJ!

Il est temps de profiter de la Convention de Genève et de condamner le monde entier de l'usurpateur, du dictateur et du criminel, et tous ceux qui ont suivi ses instructions criminelles. Ce n'est tout simplement pas concevable dans le monde moderne, il ne s'en débarrassera pas après tout cela, sa dynastie est finie.

Ce sont des protestations contre le gouvernement actuel qui ne tiennent pas compte de l'opinion du peuple. Et rien d'autre. Ayant craché sur le peuple, le pouvoir s'est condamné, sa fin est inévitable.

De plus, même un aveugle comprend qu'il s'agit d'une autre tentative d'organiser un Maidan.

Quelles que soient les protestations, ce sont des protestations contre l'État. Et il est nécessaire de supprimer de la manière la plus cruelle qu'il n'y aurait même pas le désir de mettre le nez par la fenêtre.

page

.
à l'étage