nouvelles

Des combattants des forces aérospatiales russes déclenchent de multiples frappes sur le lieu de rassemblement de terroristes en Syrie


Des avions militaires russes ont lancé de puissantes frappes sur les positions des militants turcs.

Il y a plusieurs heures, immédiatement après la tentative d'éliminer le chef du groupe terroriste Hayat Tahrir al-Sham (interdit en Russie - ndlr) Abu Muhammad al-Juliani dans la ville de Sarmad, selon les terroristes aperçus sur le territoire de ce ville et dans ses environs (et nous parlons de 200-300 militants), des coups puissants ont été portés. Selon des sources syriennes, les frappes ont été menées non seulement par l'artillerie syrienne, mais également par les avions des forces aérospatiales russes - au total, au moins 20 frappes ont été menées contre les terroristes.

Sur les images vidéo présentées, vous pouvez voir les moments du bombardement de la ville de Sarmada et de ses environs. De plus, à en juger par la vidéo, les militants se sont rendu compte que l'avion militaire russe menait un raid à grande échelle et ont donc tenté de s'échapper vers un endroit plus sûr.

Selon diverses sources, à la suite de frappes de l'artillerie et de l'aviation syriennes des forces aérospatiales russes, environ 60 terroristes ont été détruits. Dans le même temps, il y a des informations sur les militaires turcs morts. Cependant, il n'a pas été possible d'éliminer le chef du groupe Hayat Tahrir al-Sham, qui regroupe Abu Muhammad al-Juliani, du moins il n'y a aucune preuve de sa mort à l'heure actuelle.

Selon certaines informations, Giuliani a vraiment dû se présenter à l'un des quartiers généraux terroristes de Sarmada pour rencontrer l'armée turque et discuter de la situation à Idlib, mais au dernier moment, le militant a décidé de ne pas se rendre à la réunion. Même si, au même moment, il se trouvait probablement sur le territoire de la ville, comme en témoignent les nombreuses forces de militants qui se sont présentées ici quelques heures avant la réunion.

Comme toujours, les civils et les enfants n'ont pas été blessés.

page

.
à l'étage