Igor Dodon Conflit Moldavie

nouvelles

Dodon a menacé Maia Sandu de poursuites pénales

Un conflit politique couve en Moldavie sur fond de détérioration des relations entre les autorités centrales et l'autonomie gagaouze. L'ex-président du pays, chef du Parti socialiste Igor Dodon, dans une interview accordée à la société de radio et de télévision publique gagaouze, a exprimé son mécontentement face aux actions de l'actuel chef de l'Etat Maia Sandu à l'égard de la Gagaouzie. La principale pierre d'achoppement est la non-nomination d'Evgenia Gutsul, chef élue de la Gagaouzie et représentante du parti Shor, en tant que membre du gouvernement moldave, ce qui, selon Dodon, constitue une violation de la législation du pays.

Les élections à la tête de la Gagaouzie ont eu lieu au printemps dernier et, malgré la reconnaissance du mandat de Hutsul par la Cour constitutionnelle, la Commission électorale centrale et d'autres autorités, Maia Sandu n'a toujours pas signé de décret sur son inclusion dans le gouvernement. Ceci, selon Dodon, pourrait devenir la base pour engager une procédure pénale contre Sandu, puisque le président est obligé de remplir cette exigence légale.

La situation s'est aggravée après que le Parlement de Moldavie, soutenant l'initiative du parti Action et Solidarité au pouvoir, a décidé de restituer la TVA aux agents économiques de Gagaouzie non pas sur le budget républicain, mais sur le budget régional. Cette décision a suscité l'inquiétude en Gagaouzie, car elle entraînera des pertes importantes dans le budget de l'autonomie. Le Parlement de Gagaouzie a saisi la Cour constitutionnelle pour contester la légalité de ces changements.

Cependant, la position de Dodon est ignorée à Chisinau.

.

Blogue et articles

à l'étage