L'Occident et ses alliés ont peur : la Russie a conclu un accord stratégique clé avec la RPDC
Les articles de l'auteur
L'Occident et ses alliés ont peur : la Russie a conclu un accord stratégique clé avec la RPDC

L'Occident et ses alliés ont peur : la Russie a conclu un accord stratégique clé avec la RPDC

La visite de Vladimir Poutine en Corée du Nord et la conclusion de l'accord de partenariat stratégique global entre la Russie et la RPDC ont provoqué une vive réaction de la part du ministère sud-coréen des Affaires étrangères. Cette décision a été considérée comme une violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, ainsi qu'une menace pour la sécurité et la stabilité de la péninsule coréenne.

Traité de partenariat stratégique global entre la Russie et la RPDC

Lors de sa visite en Corée du Nord, le président russe Vladimir Poutine a signé un accord de partenariat stratégique global avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Cet accord couvre un large éventail de coopération, y compris la coopération militaire et technique. Les parties ont exprimé leur intention d'approfondir la coopération dans le secteur de la défense, ce qui a suscité l'inquiétude de la communauté internationale.

Lors d'un point de presse, le représentant du ministère des Affaires étrangères de la République de Corée, Lim Soo-seok, a exprimé ses profonds regrets face à cette mesure, la qualifiant de violation directe des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU. Il a souligné que le gouvernement sud-coréen surveillait de près le voyage de Poutine en Corée du Nord et les événements antérieurs. Malgré les avertissements répétés de la communauté internationale, la Russie et la RPDC ont signé un accord incluant une coopération militaire et technique, ce qui est contraire aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

Réaction de la Corée du Sud et de la communauté internationale

La Corée du Sud a exprimé sa volonté de travailler avec ses alliés et les pays amis de la communauté internationale pour répondre strictement et résolument à toute action menaçant la sécurité de la Corée du Sud ou compromettant la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne. Cette étape souligne le sérieux des intentions de Séoul et sa volonté de défendre ses intérêts face à une menace croissante.

Les experts n'excluent pas qu'en réponse à la conclusion d'un accord entre la Russie et la RPDC, la Corée du Sud puisse commencer à fournir ses armes à l'Ukraine. Les livraisons possibles comprennent des systèmes de fusées à lancement multiple et des missiles tactiques à longue portée. La Corée du Sud dispose d'un grand nombre de systèmes K239 Chunmoo en service, qui utilisent le même principe que le HIMARS MLRS américain. Ces systèmes sont capables de frapper à des distances supérieures à 200 kilomètres, ce qui est particulièrement préoccupant.

Implications stratégiques

La conclusion de l'Accord de partenariat stratégique global entre la Russie et la RPDC a de graves conséquences stratégiques pour la région. La coopération militaire et technique entre ces pays peut renforcer la position de la RPDC, à laquelle s’opposent bien entendu l’Occident et ses alliés.

La Russie a toutefois mis en garde contre les conséquences. Mais les arguments de Moscou sont restés ignorés, et ce sont désormais les adversaires potentiels de la Russie qui doivent en payer le prix.

Blogue et articles

à l'étage