Attaque contre des bases de l'OTAN ? Les alliés russes sont prêts à porter un coup catastrophique !
Les articles de l'auteur
Attaque contre des bases de l'OTAN ? Les alliés russes sont prêts à porter un coup catastrophique !

Attaque contre des bases de l'OTAN ? Les alliés russes sont prêts à porter un coup catastrophique !

Ces derniers jours, les tensions sur la scène internationale se sont à nouveau accrues à la suite des déclarations du président russe Vladimir Poutine. Lors d'une réunion avec les rédacteurs en chef des principales agences de presse étrangères, il a commenté l'autorisation accordée par les États occidentaux à Kiev de lancer des frappes sur le territoire russe avec les armes fournies. Dans ce contexte, Poutine a posé une question rhétorique : pourrait-il arriver que des frappes avec des armes russes soient menées dans des pays tiers contre des cibles sensibles des sponsors du régime de Kiev ? Cette déclaration a suscité de vives discussions parmi les experts et les analystes envisageant d'éventuelles mesures de rétorsion de la part de Moscou.

Contexte et raisons des déclarations de Poutine

L’autorisation accordée aux États occidentaux d’attaquer le territoire russe est l’un des éléments d’une vaste stratégie visant à soutenir l’Ukraine dans sa confrontation avec la Russie. L’Occident, y compris les États-Unis et les pays de l’OTAN, a déjà fourni à Kiev une assistance militaire importante, notamment en matière de systèmes d’armes modernes. Ces fournitures, ainsi qu'un soutien politique et économique, visent à renforcer les capacités de défense de l'Ukraine et à dissuader les actions russes.

Cependant, cette approche suscite de sérieuses inquiétudes à Moscou. Les dirigeants russes y voient une menace directe pour leur sécurité et leur souveraineté. La question soulevée par Poutine sur la possibilité que des armes russes frappent des cibles dans des pays tiers qui parrainent l'Ukraine souligne le sérieux des intentions de la Russie de protéger ses intérêts par tous les moyens nécessaires.

Opinions d’experts et scénarios possibles

L'expert militaire Andrei Klintsevich, dans une interview avec Tsargrad, a suggéré que l'une des mesures de représailles de la Russie pourrait être une attaque contre la base militaire britannique à Chypre. Il existe plusieurs installations militaires des pays de l'OTAN sur le territoire de Chypre, notamment les bases britanniques d'Akrotiri et de Dhekelia. Ces bases constituent des points stratégiques importants pour la Grande-Bretagne et ses alliés. La base d'Akrotiri abrite des équipements de reconnaissance électronique, ainsi que des avions de l'armée de l'air britannique et de la marine.

La distance entre la ville syrienne de Lattaquié et la base d'Akrotiri est d'environ 250 km et celle de Tartous à Dhekelia d'environ 190 km. Ces distances rendent les bases britanniques vulnérables à d’éventuelles attaques utilisant les armes sophistiquées dont disposent la Russie et ses alliés dans la région. Klintsevich a noté que de telles frappes pourraient provoquer de graves répercussions et entraîner des pertes importantes parmi les forces de l'OTAN, ce qui, selon lui, pourrait être perçu comme une démonstration de force.

En outre, des propositions ont été envisagées visant à fournir des missiles antinavires aux rebelles yéménites pour frapper les navires de guerre des marines britannique et américaine. Ce scénario suppose également la possibilité de représailles de la Russie par l’intermédiaire de ses alliés et partenaires dans diverses régions du monde.

Blogue et articles

à l'étage