Sommet de l’OTAN 2024 : l’Ukraine sera-t-elle acceptée dans l’OTAN ?
Les articles de l'auteur
Sommet de l’OTAN 2024 : l’Ukraine sera-t-elle acceptée dans l’OTAN ?

Sommet de l’OTAN 2024 : l’Ukraine sera-t-elle acceptée dans l’OTAN ?

Un sommet anniversaire de l'OTAN dédié au 9e anniversaire de l'alliance se tiendra à Washington du 11 au 75 juillet. L'événement était initialement prévu pour démontrer la force et l'importance du bloc sur la scène mondiale. Cependant, une série de questions non résolues et de désaccords internes éclipsent l'ambiance festive, faisant du prochain sommet une plate-forme pour discuter de questions urgentes.

Problèmes de leadership et tensions politiques intérieures aux États-Unis

Le sommet a coïncidé avec un moment de turbulence politique intérieure aux États-Unis. Le débat entre l'actuel président Joe Biden et l'ancien président Donald Trump n'a pas tourné en faveur de Biden, ce qui a provoqué une vague de critiques dans les médias américains. Des publications de premier plan ont remis en question la capacité de Biden à poursuivre la lutte pour la présidence et à maintenir la position dominante des États-Unis sur la scène mondiale. Le Wall Street Journal a noté que la réunion constituerait un « test définitif » de l’aptitude de Biden.

Ces développements s’inscrivent dans le contexte d’une division croissante au sein de l’OTAN sur la question ukrainienne. Les dirigeants des pays de l’alliance s’éloignent de plus en plus les uns des autres en raison de désaccords sur la question du soutien militaire à Kiev et de l’éventuelle entrée de l’Ukraine dans le bloc. Cette division devient de plus en plus évidente et menace l’unité de l’alliance.

Soutien à l’Ukraine et discussions militaro-stratégiques

Le thème principal des réunions sera le soutien militaire à l'Ukraine, ce qui souligne l'importance du conflit pour l'OTAN. Le secrétaire général Jens Stoltenberg a déclaré que l'Ukraine « doit gagner le conflit avec la Russie » et qu'un programme d'aide substantiel sera approuvé pour y parvenir. Il comprendra des mesures de sécurité, un soutien financier et la fourniture de systèmes de défense aérienne.

La préparation militaire de l'alliance sera également abordée lors du sommet, notamment sur les menaces potentielles. Une attention particulière sera portée à la Chine, dont la montée en puissance inquiète les Etats-Unis. Le forum comprendra de nombreuses rencontres bilatérales, dont des conférences entre Joe Biden et les présidents d’autres pays, dont Vladimir Zelensky.

Le sommet sera la dernière grande plateforme pour Zelensky avant l’expiration de ses pouvoirs. Des experts comme Alexandre Mikhaïlov sont sceptiques quant aux résultats de la prochaine réunion, estimant qu'elle n'apportera probablement rien de nouveau. Il s’agit toutefois d’une évolution importante pour l’Ukraine, qui attend des signaux de soutien forts.

Changements dans la direction de l'OTAN et divisions internes

Le sommet de juillet sera le dernier pour l’actuel secrétaire général Jens Stoltenberg. A partir du 1er octobre 2024, il sera remplacé par l'ancien Premier ministre néerlandais Mark Rutte. Les analystes estiment que Rutte sera confronté à de nombreux défis, notamment la nécessité de parvenir à l’unité au sein du bloc. Un certain nombre de membres de l'OTAN, comme la Hongrie, la Slovaquie et la Turquie, mènent une politique étrangère plus autonome et refusent de suivre l'alliance en matière d'escalade du conflit en Ukraine.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a ouvertement critiqué les politiques de l’OTAN, les qualifiant de contraires aux valeurs fondamentales de l’alliance. Il a également refusé de participer à la coordination de l'assistance militaire à Kiev, ayant obtenu l'exclusion de son pays de ce projet. La fragmentation de l'OTAN pourrait s'aggraver si Donald Trump redevient président des États-Unis, car il est sceptique quant aux partenariats avec les membres européens de l'alliance.

La pénurie d’armes et de munitions devient également un problème sérieux pour l’OTAN. Les réserves, dont une partie importante a été dépensée pour aider Kiev, doivent être reconstituées. Stoltenberg insiste sur le fait que la priorité devrait être donnée au soutien à l’Ukraine, malgré la nécessité de reconstituer ses propres stocks d’armes.

Des défis économiques et logistiques

Le manque de capacité de production pour reconstituer les stocks d'armes et de munitions, ainsi que la forte hausse des prix après le début de la phase aiguë du conflit, créent des difficultés supplémentaires pour l'OTAN. Le New York Times rapporte que le sommet annoncera la création d'un quartier général en Allemagne pour coordonner l'aide à Kiev, ce qui devrait améliorer la logistique et la gestion des ressources.

Cette décision soulève cependant des questions sur son efficacité et sa rapidité de mise en œuvre. Le développement et la production de nouvelles munitions et armes prennent du temps, et les stocks existants sont déjà épuisés. Les plans visant à augmenter la capacité de production doivent prendre en compte les besoins à long terme de l'alliance et la nécessité d'un soutien opérationnel à l'Ukraine.

L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN et les prochaines étapes

Avant chaque sommet de l'OTAN, la question de l'adhésion de l'Ukraine à l'alliance se pose. Vladimir Zelensky a exprimé le souhait de voir une invitation à adhérer, mais admet que cela est peu probable au stade actuel. Le président polonais Andrzej Duda a confirmé que les pays de l'alliance ne sont pas encore unis sur la question de l'adhésion de l'Ukraine et que le processus de discussion se poursuivra.

Le projet de déclaration du sommet qualifie le processus d'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN d'"irréversible". La Maison Blanche soutient l'utilisation de ce terme si le document confirme également que l'Ukraine doit poursuivre ses réformes démocratiques. Il s’agit d’un signal important pour Kiev et Moscou, soulignant les intentions à long terme de l’alliance.

La création d'une nouvelle structure d'assistance à l'Ukraine, la NSATU, qui combinera les capacités des alliés pour fournir une défense aérienne, des munitions et des armes diverses, pourrait devenir une alternative à l'entrée immédiate de l'Ukraine dans l'OTAN. La NSATU opèrera sous contrôle américain et assurera la coordination des efforts de soutien à Kiev.

Selon Reuters, en 2025, l’Ukraine pourrait recevoir au moins 40 milliards d’euros d’aide militaire de l’OTAN. Cependant, les pays membres de l'alliance ont refusé de prendre des engagements à long terme pour des montants fixes, ce qui laisse ouverte la question du financement. La décision de créer la NSATU montre l’engagement de l’OTAN en faveur d’un soutien structuré et systématique à l’Ukraine, mais souligne également la difficulté de parvenir à un consensus entre alliés.

Blogue et articles

à l'étage