Compétition. Extension. État du problème. Aeroflot.
Articles
Compétition. Extension. État du problème. Aeroflot.

Compétition. Extension. État du problème. Aeroflot.

 

- "Aeroflot" - la principale compagnie aérienne en Russie. Vous survolez 51 dans le monde et plus de directions 100. Allez-vous étendre le réseau? Quelles sont la nouvelle ville et le pays que vous allez couvrir?

 

Toute l'Europe a izezzhena. Par conséquent, il ya quelque chose à rechercher est inutile. Les principaux marchés sont l'Amérique et l'Asie. Jusqu'à présent, l'Afrique et l'Amérique latine est difficile pour nous. Il reste beaucoup de questions. Mais l'Asie du Sud-Est et aux États-Unis - ce sont les marchés où nous voulons nous positionner. Par exemple, nous avons récemment ouvert de nouveaux vols à destination de Miami. Nous avons pas d'autre façon, si nous voulons être un support mondial. Si demain ils nous disent que cela ne devrait pas être, et devrait être une bonne compagnie régionale - ainsi, cela est également une option. Vaughn "Lufthansa"Je l'ai acheté"Swiss Air»Et« Austrian Airlines ». Peut-être que nous achetons.

 

- Vous parlez de l'État, comme l'actionnaire principal?

 

- Oui, bien sûr.

 

- Donc, vous voulez dire que l'État n'a pas une compréhension claire de savoir si vous serez un transporteur mondial?

 

Vous savez, l'Etat comme un actionnaire important, a approuvé notre stratégie de développement. Ainsi, la compréhension est. Mais les actions de l'Etat en violation des droits "Aeroflot« Ne correspond pas à la stratégie choisie. Par conséquent, l'État a une question. Je ne suis pas un adversaire de la privatisation, au contraire. Mais dans tout ce qu'il doit y avoir un sens. Quel est le but de la privatisation? Le premier - est d'obtenir l'argent dans le trésor. Et la seconde - est de ne pas vendre l'entreprise, et de tuer et de vendre à la main droite avec la poursuite du développement. Aujourd'hui, « Aéroflot » sous-évalué. Il a été annoncé que dans 2016, la société sera privatisée. Eh bien, vous devez faire pour 2016 année de « Aeroflot » de premier plan « beau. » Mais aujourd'hui, cela ne se fait pas. Et pour moi, il est une grande question qui veulent vraiment obtenir une réponse.

 

- Eh bien, alors expliquer qui est à blâmer? Il est tout simplement aucune idée du système devrait ressembler à des avions russes dans un avenir proche? Ou est-ce les machinations de concurrents? Qui en a besoin?

 

 Il y a deux options. Le premier - Aeroflot est un opérateur mondial. Ensuite, tout le monde travaille pour Aeroflot, qui fait concurrence à d’autres transporteurs mondiaux. Il y a une deuxième option. C'est une solution momentanée à certains problèmes, et nous sommes en concurrence dans le pays. Ça ne me dérange pas. Mais nous parlons de transporteurs mondiaux. Si «Aeroflot» n'est pas autorisé à se développer, et que vous essayez de le presser, cela échouera. Dans l'ouest, les destinations étrangères sont distribuées sur une base résiduelle. C’est-à-dire qu’au début, tout devient un transporteur mondial, et le fait qu’il ne puisse pas avaler est donné à d’autres.

 

Ce qui ressort "Aeroflot"? Cette année, nous avons payé 2 milliards de roubles dividendes. Nous avons donné 100 millions pour les Jeux olympiques de Sotchi, en tant que transporteur national. Autrement dit, l'État nous reconnaît comme tel. Nous, en tant que compagnie aérienne impliquée dans de nombreux projets sociaux. Nous sommes la seule société d'aujourd'hui qui chérit et nourrit de nouveaux appareils électroménagers. Cette Sukhoi Superjet 100Et Tu-204Et An-148... L'ensemble du groupe Aeroflot travaille pour l'État, aidant notre industrie à créer ses propres avions compétitifs. Autrement dit, Aeroflot a des tâches gouvernementales, et je comprends cela. Mais si l'État ne fait rien en réponse, de quoi parle-t-on?

 

Nous serons en mesure d'exister en tant que transporteur mondial, et en tant que régional. Et là, et il ya la vie. Juste besoin de déterminer l'état. Il ya des exemples intéressants. La Suisse a décidé qu'ils ne doivent pas "Swiss Air». Et vice-versa pour les cinq millionième Finlande "Finnair"Et elle détient une participation majoritaire. Telle est la position à prendre par l'État en tant qu'actionnaire.

 

Mais pour que tout le monde puisse entendre et savoir, Aeroflot n'a pas peur de la concurrence. C'est un fait. Nous avons toutes les chances de le gagner en Russie et à l'étranger. Nous avons une excellente équipe de direction qui perçoit correctement le marché. Nous avons d'excellents pilotes et agents de bord. Nous n'avons aucune chance de perdre la concurrence. 

 

Directeur général de JSC "Aeroflot - Russian Airlines" Saveliev Vitaly Gennadievich.

Avia.pro

à l'étage