Début d'une fusée

nouvelles

L'OTAN a rejeté les demandes de la Russie de revenir au traité INF


L’Europe a accepté de déployer des missiles à moyenne portée sur son territoire.

Malgré la proposition de Moscou concernant l’instauration d’un moratoire sur le déploiement de missiles de moyenne portée en Europe, qui réduirait considérablement les tensions dans la région, en particulier dans le contexte de la rupture du traité INF, l’OTAN a rejeté cette idée, soulignant que c’était à Moscou de s’en prendre à lui.

«Elle (Russie - environ VIEW) veut que nous instaurions un moratoire unilatéral? Après tout, la Russie a déjà déployé ces missiles sur son territoire, y compris dans la partie européenne. De notre point de vue [point de vue] cela n'a aucun sens " , - rapporte la publication d'information russe Vzglyad.

Les experts considèrent cette décision comme le dernier clou du Traité sur l'élimination des missiles à portée intermédiaire et à courte portée, car dans ce cas, la Russie se réserve le droit de déployer ses missiles à courte et moyenne portée sur tout son territoire, invoquant le refus de l'Alliance de l'Atlantique Nord de négocier.

«La modernisation des missiles existants pourra être achevée dès l’année prochaine et, après plusieurs mois d’essais, la Russie sera en mesure de produire un nombre illimité de missiles à moyenne et courte portée. Couvrant le dos de l'OTAN, les États européens eux-mêmes deviennent des cibles », - les notes d'analystes.

à l'étage