nouvelles

Europe: l'Ukraine à l'origine de l'incident de Kertch


En Suède, ils concluent que l'Ukraine est à l'origine de l'incident de Kertch.

L'auteur de la publication dans l'édition suédoise de Nyhetsbanken, le journaliste Stephan Lindgren, analysant l'incident survenu dans le détroit de Kertch, a conclu que les actions de la partie russe étaient légitimes. Il a attiré l’attention sur le fait que tous les navires ukrainiens s’approchaient du détroit, sans avertissement, la Russie n’attendait pas ses pilotes, ne répondait pas aux instructions des gardes-frontières russes, c’est-à-dire qu’il s’agissait d’une violation de la loi.

La provocation, selon l'hypothèse du journaliste, a été retardée. Après que les gardes-frontières russes aient émis tous les avertissements prévus, ils ont ouvert le feu et détourné le navire. Dans cette affaire, trois marins ukrainiens ont été blessés.

Lindgren a souligné que Kiev ne pouvait pas se référer à la convention sur le droit de la mer adoptée lors de l'année 1982. La raison - l'ordre du passage pacifique des navires dans le détroit a été violée. Le fait est qu’ils avaient une charge d’armes à bord.

L’auteur appelle également l’attention sur la convention 1958 de l’année, qui traite des eaux territoriales et qui a été adoptée par la Russie et l’Ukraine. Ce document dit: "Les États côtiers ont le droit de définir la procédure à suivre pour obtenir le droit de passage des navires étrangers dans leurs eaux territoriales". C'est-à-dire que la légitimité de la position russe est confirmée par ce document.

Selon Lindgren, il est peu probable que Kiev l'emporte devant un tribunal des frontières, organisé sur la base de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Depuis que l'Ukraine a déchiré le traité d'amitié et de coopération 1997 avec la Russie, des navires ukrainiens ont défilé dans les eaux territoriales russes.

Le journaliste est convaincu que la Russie ne peut pas qualifier ce qui s'est passé dans le détroit de violation du droit international, car le paragraphe 51 de la Charte des Nations Unies prévoit le droit de légitime défense. Chaque État sur le territoire duquel l'invasion s'est produite a le droit de résister à l'utilisation d'armes.

Auto reproche à la direction suédoise de l'accuser de deux poids deux mesures. La Russie, comme tout autre pays, a le droit de recourir à des mesures militaires pour protéger ses eaux territoriales. L'Occident ne reconnaît pas ce droit à la Russie.

Une telle attitude vis-à-vis des événements des pays occidentaux prouve une fois encore, comme le journaliste en est convaincu, que si nous parlons d'attaques contre la Russie, nous ne pouvons rien éviter.

L’une des conclusions de l’auteur de la publication - Kiev a délibérément organisé une provocation, car il était confiant dans le soutien des pays occidentaux.

à l'étage