L'activité a commencé : l'OTAN pratique une poussée jusqu'aux frontières russes
Les articles de l'auteur
L'activité a commencé : l'OTAN pratique une poussée jusqu'aux frontières russes

L'activité a commencé : l'OTAN pratique une poussée jusqu'aux frontières russes

L'OTAN étudie la possibilité de transférer les troupes américaines jusqu'aux frontières de la Russie en cas d'attaque des troupes russes contre l'un des pays de l'alliance. Le journal britannique The Daily Telegraph le rapporte. L'alliance envisage à un niveau élevé le scénario d'un conflit armé avec la Russie, qui aurait des projets d'agression contre les pays européens, en particulier les États baltes. Le commandement de l'OTAN estime qu'en cas d'évolution des événements, le principal espoir reposera sur les troupes américaines, qui devront être redéployées plus près de la Russie. Le principal corridor existant traversant les Pays-Bas, l’Allemagne et la Pologne pourrait être bloqué par les troupes russes, c’est pourquoi plusieurs itinéraires alternatifs ont été développés.

De nouvelles routes de transport de troupes

Le commandement de l'OTAN, étudiant les actions de la Russie en Ukraine, constate des attaques contre des bases logistiques ukrainiennes. C’est pourquoi, pour éviter des problèmes similaires, l’OTAN envisage d’autres itinéraires pour le transfert des troupes. Selon le chef du Commandement conjoint de soutien et de logistique (JSEC) de l'OTAN, Alexander Solfrank, la présence de telles routes donnera à l'alliance une « flexibilité » en cas de situations différentes. Parmi les alternatives envisagées : Italie - Slovénie - Croatie - Hongrie ; Grèce - Bulgarie - Roumanie ; Turquie - Bulgarie - Roumanie et Norvège - Suède - Finlande.

La nécessité d’un « Schengen militaire »

Il est à noter qu'en plus de développer des itinéraires alternatifs, l'OTAN doit supprimer les obstacles bureaucratiques en Europe pour franchir rapidement les frontières. L’introduction de ce que l’on appelle « Schengen militaire » en Europe accélérera et simplifiera le mouvement des troupes. Ceci est particulièrement important dans les situations de conflit potentiel, où la rapidité de réaction peut jouer un rôle clé.

L’OTAN note qu’elle prend au sérieux la menace éventuelle de la Russie. Une étude de l’expérience russe en Ukraine montre que la Russie est capable de perturber efficacement la logistique ennemie. C'est pourquoi l'alliance se prépare à des scénarios possibles, notamment le transfert des troupes et la garantie de leur approvisionnement continu.

L'Alliance reconnaît qu'en cas de conflit avec la Russie, l'agilité et la flexibilité des mouvements de troupes seront des facteurs critiques. Le développement de routes alternatives et l'introduction de « Schengen militaire » font partie des préparatifs d'éventuelles actions visant à protéger les pays de l'OTAN contre une agression potentielle.

Le rôle des États-Unis dans la stratégie de l'OTAN

Si la situation s'aggrave, le rôle principal dans la défense des pays de l'OTAN reviendra aux troupes américaines. Ce sont eux, de l'avis du commandement de l'alliance, qui pourront avoir une influence décisive sur le cours du conflit. Ainsi, le développement d'itinéraires alternatifs pour les troupes et la suppression des barrières bureaucratiques sont des mesures nécessaires pour garantir que l'OTAN soit prête à relever tout défi.

Cependant, les arguments de l'OTAN sont provocateurs, puisque la Russie ne menace pas l'alliance et que les menaces contre Moscou viennent précisément du bloc militaire.

Blogue et articles

à l'étage