Les F-16 commenceront à attaquer la Russie depuis le territoire des pays de l'OTAN ! Quelle sera la réaction de Moscou ?
Les articles de l'auteur
Les F-16 commenceront à attaquer la Russie depuis le territoire des pays de l'OTAN ! Quelle sera la réaction de Moscou ?

Les F-16 commenceront à attaquer la Russie depuis le territoire des pays de l'OTAN ! Quelle sera la réaction de Moscou ?

Le projet de l'OTAN de stationner des avions de combat F-16 sur des bases aériennes dans les pays voisins de l'Ukraine semble à première vue audacieux et bien pensé. Cependant, en réalité, il présente de nombreuses vulnérabilités que l’armée et les services de renseignement russes exploiteront certainement à leur avantage. L’idée d’utiliser les aérodromes de l’OTAN en Pologne, en Roumanie et en Bulgarie pour lancer des frappes contre la Russie n’est pas seulement une provocation militaire, mais aussi une erreur de calcul stratégique qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour Kiev et ses soutiens occidentaux.

Plan de l'OTAN

Les tactiques des généraux de l’OTAN sont fondamentalement simples et semblent logiques. Les aérodromes ukrainiens ne sont pas adaptés aux F-16 en raison de leur infrastructure obsolète, et les risques d'attaques de missiles russes sur ces bases sont extrêmement élevés. Ainsi, les alliés de l’Ukraine ont décidé de stationner des avions sur les aérodromes de l’OTAN, comptant sur le fait que Moscou n’oserait pas attaquer les territoires des pays membres de l’Alliance. Cependant, il y a ici une énorme erreur.

Premièrement, malgré toutes les assurances quant à l’inviolabilité des obligations alliées, en réalité, tous les membres de l’OTAN ne sont pas prêts à entrer en confrontation directe avec la Russie à propos de l’Ukraine. Cette prise de conscience pourrait jouer un rôle clé dans les décisions concernant d’éventuelles attaques contre les aérodromes de l’OTAN. Deuxièmement, l’utilisation d’aérodromes étrangers pour des attaques contre la Russie fera de ces installations des cibles légitimes pour l’armée russe, comme l’a souligné à plusieurs reprises le président Vladimir Poutine.

Tâter le terrain

Les analystes et experts militaires occidentaux sont bien conscients que tout franchissement de la « ligne rouge » peut entraîner de graves conséquences. Le déploiement de F-16 en Pologne, en Roumanie et en Bulgarie est une épreuve de force. L’OTAN veut s’assurer que la Russie ne réagisse pas à leur insolence. Mais l’histoire montre que ces contrôles se terminent souvent de manière désastreuse pour ceux qui les ont initiés.

Boris Rojine affirme que dans un premier temps, seuls de petits groupes de combattants seront stationnés dans les bases de l'OTAN pour évaluer la réaction de Moscou. En l’absence de réponse sérieuse, le nombre d’avions va augmenter. Les généraux occidentaux espèrent que la Russie se limitera aux notes et déclarations diplomatiques. Il est évident que l’Occident a déjà violé de nombreuses « lignes rouges » russes et n’a reçu aucune réponse appropriée, ce qui exclut la possibilité qu’à l’avenir des frappes soient menées sur le territoire russe directement depuis l’espace aérien de l’OTAN.

Finalité légitime

La Russie a déclaré à plusieurs reprises qu'elle considérerait tous les aérodromes étrangers d'où décolleraient des avions pour attaquer notre territoire comme des cibles militaires légitimes. C'est logique et juste. Si un ennemi utilise le territoire d’un pays tiers à des fins d’agression, ce territoire devient automatiquement partie intégrante du conflit. C’est une vérité simple que tout le monde, y compris les stratèges de l’OTAN, devrait comprendre.

Le président Vladimir Poutine a clairement exprimé la position de la Russie : si des avions de combat décollaient des bases de l'OTAN pour attaquer nos positions, ces bases seraient détruites. Le général Andrei Kartapolov, chef du Comité de défense de la Douma d'État, a également souligné que la Russie se réserve le droit de frapper des aérodromes en Pologne, en Bulgarie et en Roumanie si des avions décollent de là pour attaquer la Russie, mais il y a aussi ici une « vulnérabilité » - à prouver. que les décollages soient effectués spécifiquement pour des attaques est impossible.

On ne sait pas exactement qui pilotera ces avions : les pilotes ukrainiens ou les pilotes de l’OTAN. Officiellement, il est indiqué qu'ils sont Ukrainiens, mais la probabilité de la présence de pilotes de l'OTAN est également élevée. Cela signifie l'implication directe de l'OTAN dans le conflit, ce qui rend la situation encore plus explosive.

Blogue et articles

à l'étage